Château De Haar, Pays-Bas (13.10.2018)
Françoise Massard
Page précédente

Ce château médiéval — Kasteel de Haar en néerlandais — remonte au XIVe siècle, construit le long d'un bras mort du Rhin. Cette forteresse De Haar, avec ses tours, ses remparts, ses douves, ses ponts-levis, est mentionnée pour la première fois en 1391. Son aspect est très particulier car il a été entièrement restauré il y a une centaine d'années, et même en grande partie rebâti, ce qui en fait un édifice unique en Europe. Il appartenait à l'origine à un membre de la famille Van de Haar, vassal du souverain, suffisamment puissant pour se faire construire une résidence fortifiée dans la province d'Utrecht. Le dernier héritier de la famille Van de Haar étant mort sans enfant, la propriété passa aux mains de la famille Van Zuylen (originaire d'Allemagne, à la frontière germano-hollandaise) en 1434, à l'occasion du mariage de Josina van de Haar (dernière descendante de la famille Van de Haar) avec Dirk van Zuylen. Josina van de Haar mourut en 1449 et le château devint la propriété de la seule famille Van Zuylen. Le "kasteel" fut partiellement détruit en 1482 suite à des querelles entre l'évêché et la ville d'Utrecht, mais la famille Van Zuylen était suffisamment puissante pour le faire reconstruire en l'agrandissant encore. Le château continua d'être habité par les descendants de la famille Van Zuylen et de la famille par alliance Van Stembor. Cependant, lorsqu'est officiellement reconnue la "République des Provinces-Unies", en 1648, celle-ci est dominée par la Réforme : l’Union d’Utrecht de 1579 formant la base de l’ordre religieux du pays, le calvinisme est établi en Hollande et Zélande. La famille Van Zuylen, catholique, émigre alors vers le sud des Pays-Bas. Le château, désormais vide, tomba progressivement en ruine. C'est cette "ruine" dont hérita Etienne van Zuylen (de son nom complet Baron van Zuylen van Nyevelt van de Haar) en 1890. Il était passionné par l'histoire de ce château et put réaliser son rêve : le remettre en état, grâce à la fortune de la baronne française Hélène de Rothschild (Paris 1863 - Lisbonne, 1947) qu'il avait épousée en 1887 (celle-ci appartenant à la plus importante famille — d'origine juive allemande — de financiers internationaux, connue dans le monde de la banque depuis la période napoléonienne, mais aussi dans l'industrie minière et l'industrie ferroviaire au XIXe siècle, ou encore dans le vignoble à Bordeaux, à Limoux, etc. au XXe siècle). Comme on le voit sur ces premières photos, le bâtiment principal, cantonné de tours, est relié à un grand châtelet d'entrée par un pont couvert.


Pour reconstruire le château, les propriétaires firent appel à Jonkheer Victor Eugène de Stuers (1843-1916), avocat de formation et historien de l'art, devenu directeur du département des Arts et Sciences néerlandais, et qui s'était interessé dès 1881 à la ruine qu'était alors le "kasteel", ainsi qu'au célèbre architecte néerlandais Petrus Cuypers (1827-1921) — à qui l'on doit notamment le bâtiment abritant le Rijksmuseum, la gare centrale à Amsterdam et des églises néo-gothiques — et à Van Riemsdijk, alors directeur du Rijksmuseum. Le but d'Etienne van Zuylen et de son épouse Hélène de Rothschild était de rebâtir le château un peu à l'image du château français de Pierrefonds (totalement restauré par le plus célèbre architecte français du XIXe siècle, Eugène Viollet-le-Duc, 1814-1879), mais en plus luxueux encore et en plus confortable, le tout au milieu d'un parc de 450 hectares. Les blasons que l'on voit ci-dessous sont ceux des différentes branches de la famille possédante (les couleurs de la famille Van Zuylen sont le rouge et le blanc).


La reconstruction du château dura de 1892 à 1912. L'architecte respecta le plan d'origine du château médiéval, y compris l'emplacement des fenêtres (les deux grosses tours d'angles ont 8,35 m de diamètre). Il fit appel à des artisans et artistes appartenant à des associations travaillant à la façon des "guildes" du Moyen Âge. Les dimensions extérieures du château s'inscrivent dans un rectangle de 35 sur 40 m, soit une surface au sol de l'ordre de 1 400 m2. Le château compte pas moins de 200 pièces et 30 salles de bains (seulement une quinzaine de pièces, toutes richement meublées, sont accessibles au public).


Cette volonté de conserver l'aspect "forteresse médiévale" n'empêcha pas l'architecte Cuypers d'introduire des commodités ultramodernes pour l'époque, comme une salle de bain avec eau froide et eau chaude (avec robinet mitigeur) attenante à chaque chambre, le chauffage central (à la vapeur), l'éclairage électrique (avec son propre générateur), un ascenseur, des cuisines équipées des meilleurs fourneaux alors fabriqués (voir plus bas), etc. Les photos ci-dessous montrent le "Kasteel de Haar" sur sa façade Est (première photo prise avec le soleil de face).


On l'a dit, le château se situe au milieu d'un parc de 450 hectares, conçu par les architectes paysagistes Hendrik Copijn et Leonard Springer, avec l'aide de l'architecte du château, Petrus Cuypers, lui-même. Pour agrandir le parc au moment de la reconstruction du château, Etienne van Zuylen n'hésita pas à faire "démonter" les maisons qui le gênaient et les fit reconstruire un peu plus loin, formant un nouveau petit village, Haarzuilens, qui reste sauvegardé aujourd'hui (seule l'église du village initial est restée dans le périmètre du parc ; mentionnée pour la première fois en 1385, celle-ci — catholique à l'origine, puis réformée — se délabra au fil du temps et dut être restaurée en même temps que le château : elle le fut même en premier, les travaux ayant été achevés en 1894). Le paysagiste fit planter 7 000 arbres adultes, et comme certains d'entre eux étaient si grands que leur traversée d'Utrecht était rendue impossible à cause d'une maison qui gênait le passage, Van Zuylen n'hésita pas à acheter ladite maison et à la démolir ! Le parc comporte aussi un labyrinthe végétal et un parc animalier qu'apprécient tout particulièrement les jeunes visiteurs.


Ci-après, une partie des bâtiments qui abritaient les stalles des chevaux, les charrettes, les carrosses, et plus tard les voitures. Une partie de ces bâtiments hébergeaient une partie du personnel. A noter, à ce propos, que le personnel rapproché du baron et de la baronne Van Zuylen vivaient dans le château lui-même, chaque membre de ce personnel disposant de sa propre chambre. Comme on l'a dit précédemment, les couleurs de la famille Van Zuylen sont le rouge et le blanc, y compris sur les bâtiments annexes. Sur la première photo, l'entrée des visiteurs (billeterie, boutique).


Quelques vues intérieures. Le jeune couple fit de nombreux voyages au Moyen-Orient et en Extrême-Orient, d'où ils rapportèrent de nombreux meubles, tapisseries flamandes, tapis persans, peintures, porcelaines et objets divers qui prirent tout naturellement place dans le château (dont une soixantaine de vases japonais et chinois, des époques Ming et Khang-shi). Ils acquirent également des tapisseries des Gobelins et des tapisseries belges, qui sont aujourd'hui pendues dans le grand hall (salle de banquets) neo-gothique dont la hauteur sous plafond est impressionnante, comme on le voit sur les photos ci-dessous : le hall se déploie sur quatre niveaux.


Superbe plafond en bois richement orné, façon carène de bateau renversé, dans cet immense hall. Le blason de la famille Van Zuylen est composé de trois colonnes blanches sur fond rouge (cf. photo de droite), on le retrouve partout dans le château.


Plusieurs cuisines sont distribuées autour du hall central. L'une d'elle comporte un magnifique fourneau en fonte et cuivre de 6 m de long (Drouet, Paris), chauffé à la tourbe et au charbon (première photo ci-dessous). Superbes collections de casseroles et moules en cuivre.



Beaux plafonds à caissons dans la salle à manger (belles tapisseries flamandes sur les murs). Le baron et son épouse partageaient leur temps entre Paris, le Sud de la France et ce château où ils venaient généralement durant l'été (fuyant la chaleur méditerranéenne). Ils y organisaient alors des fêtes somptueuses. Le baron Etienne van Zuylen décéda en 1934, mais son fils Egmont (né à Paris en 1890, mort en 1960) perpétua cette tradition (de 1934 à 1960), puis le baron Thierry van Zuylen van Nijevelt (né à Paris en 1932) fit de même. Ainsi, dans les années 1960, le château de Haar est devenu un lieu où la famille Van Zuylen recevait la jet-set internationale, dont Brigitte Bardot, Coco Chanel, Maria Callas ou encore Roger Moore (des photos d'époque, apposées dans différentes pièces, en témoignent). Thierry van Zuylen van Nijevelt mourut en 2011, le château n'appartient plus à la famille Van Zuylen (cf. infra), mais leurs descendants continuent d'y résider un mois par an, en septembre (le château n'est alors plus accessible au public).


Ci-dessous, quelques vues de la chambre de la baronne Hélène de Rothschild.


Etienne van Zuylen fut l'un des premiers à posséder une voiture et présida l'Automobile Club de France ainsi que l'Aéro Club de France. Il devint plus tard président du Nederlandsche Automobielclub. Il organisa des rallyes, dont un entre Paris et Anvers. Hélène de Rothschild fut la première femme à passer son permis de conduire, comme on le voit sur la photo ci-dessous.

Ce château a été reconstruit sur les fondations du château d'origine. Or le sous-sol est partiellement sableux et les bâtiments travaillent. Une importante restauration a dû être effectuée entre 2001 et 2015. Les descendants d'Etienne van Zeulen n'ayant plus les moyens de tels travaux, le château a été vendu en 2000 à la Fondation Kasteel de Haar, fondation privée qui tire ses revenus des visites du château et/ou du parc, ainsi que des nombreux évènements qui y ont lieu (séminaires, grands dîners, mariages, fêtes théâtrales, tournages de films et nombreux autres évènements culturels, etc.). Peut-être reçoit-elle également des subventions publiques et/ou privées ? L'immense parc (450 ha) est, quant à lui, géré par la Natuurmonumenten (organisme de conservation néerlandais, fondé en 1905 pour gérer le patrimoine naturel).


Page précédente
Françoise Massard - 28.10.2018

© Françoise Massard 
 www.cargos-paquebots.net